Birmanie : un an après la campagne contre les Rohingyas, le pouvoir renforcé ?

Des manifestations de masse ont commémoré le premier anniversaire de la répression opérée par l’armée birmane sur la population musulmane• Crédits : Paula Bronstein – Getty

Podcast : « Birmanie : un an après la campagne contre les Rohingyas, le pouvoir renforcé ? », 03/09/2018, Les Enjeux Internationaux, France Culture

Intervenante : Alexandra de Mersan
anthropologue, maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Inalco).

Entre octobre 2016 et septembre 2017, 700 000 Rohingyas musulmans de l’Etat Rakhine (Arakan) avaient fui l’armée birmane vers le Bangladesh. Le rapport du Haut Commissariat aux Réfugiés est clair : meurtres de masses, viols collectifs, villages brûlés et passage des terres au bulldozer…

La liste des violences commises par l’armée est longue. Plus encore, les trois rapporteurs de l’ONU y voient assez de systématisme pour engager une « intention génocidaire » de la part de l’armée (Tatmadaw). Pour l’instant six militaires dont le Commandant en chef de l’armée le général Ming Aung Hlaing sont mis en cause. Le rapport est sévère aussi envers la première ministre Aung San Suu Kyi, dont le silence au moment des violences, et le soutien à l’armée contre les « terroristes » est jugé complice.

Les possibilités de poursuites réelles sont cependant minces. Comme en 2017, le Myanmar a rejeté ce rapport du HCR 2017 dont l’enquête n’avait pas été autorisée. Plus encore, toute mise en place d’une juridiction légitime (ou presque) devra passer par un vote du Conseil de Sécurité où la Birmanie y est soutenue par la Russie et la Chine pour qui le Myanmar est stratégique en Asie du Sud-Est : le projet de corridor économique Kunming-Kyaukpyu, du Yunnan jusqu’à l’Etat Rakhine, est la voie choisie par Pékin pour éviter à terme de passer par le détroit de Malacca.

Les autres diplomaties ont reçu prudemment le rapport. Dans un régime à deux têtes autonomes, l’armée et le pouvoir civil, des poursuites contre des militaires impliqueraient un changement politique majeur ; il mettrait en péril des intérêts étrangers et l’équilibre politique actuel : qui y est vraiment prêt ?

A écouter sur : https://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux/birmanie-la-crise-des-rohingas-inquiete-t-elle-le-regime