Le Vénérable W., portrait d’une figure birmane de la provocation : un troisième volet à la « Trilogie du mal » de Barbet Shroeder

Le Vénérable W., portrait d’une figure birmane de la provocation : un troisième volet à la « Trilogie du mal » de Barbet Shroeder par Bénédicte Brac de la Perrière, 26/09/2017, Carnets de Terrain

Provocante, l’image que l’on a vue cet été à l’affiche des cinémas parisiens l’est tout autant que celle à la une du Time Asie de juillet 2013 et dont la violence a suscité alors, en Birmanie,  le retrait à la vente du magazine. La première image montre un moine bouddhiste à la face d’ange méditant sur fond de mosquées calcinées. La seconde qui figure le même moine illustre un dossier intitulé « The Face of Buddhist Terror ». Les deux jouent sur le choc provoqué par l’association du bouddhisme à la terreur, renforcé par l’apparence angélique du religieux. Le public assez dispersé qui sort de la salle de cinéma parisienne en ce mois de juin caniculaire, sonné après ce document « glaçant », donne libre cours à sa consternation : « les bouddhistes aussi peuvent être haineux ! » peinant à comprendre qu’une partie de leur effarement tient à la force de l’illusion occidentale selon laquelle le bouddhisme ne serait pas une religion tout à fait comme les autres. Le documentaire de Barbet Shroeder éclaire crûment ce malentendu de la réception occidentale du bouddhisme comme philosophie pacifiste plutôt que comme religion inscrite dans des histoires particulières non dépourvues de violence. Ne ferait-il que cela, il servirait déjà notre discernement.

Mais s’il joue de ce malentendu, le cinéaste suisse poursuit un autre but, autopsier le « mal » dans ses ramifications, ses agissements et ses conséquences funestes à travers le portrait de Wirathu, moine appartenant à l’ordre bouddhiste de Birmanie qui s’est illustré depuis 2012 par ses discours islamophobes radicaux. Shroeder explique qu’essayant de se débarrasser d’un sentiment de rage qu’il éprouvait lui-même, en se réfugiant dans le bouddhisme, « sa dernière illusion », il avait découvert en Birmanie cet exemple bouddhiste de haine raciste et avait décidé d’en faire le troisième volet de sa « Trilogie du mal ». Inaugurée en 1974 avec son film Le Général Amin Dada. Autoportrait, poursuivie avec l’Avocat de la terreur qui date de 2007 et porte sur l’ambiguïté du personnage de Jacques Vergès, la trilogie est constituée d’une galerie de portraits dont la force tient à ce que son auteur « laisse la parole » à ses monstres, « il ne les juge pas, il les laisse dire des horreurs… qui les révèlent ». Shroeder a convaincu Wirathu de se laisser filmer en flattant ses tendances mégalomaniaques: il lui a seulement dit « que les Français qui allaient bientôt élire Marine Le Pen, étaient très intéressés par ce qu’il faisait de son côté en Birmanie ». Le fond d’islamophobie sur lequel surfe Wirathu en Birmanie n’est, on le sait, pas isolé et sa réactivation virulente résonne avec le discours planétaire rejetant la religion du prophète au nom de ses épigones radicalisés. Wirathu en utilisateur averti de tous les outils médiatiques et maître dans l’art de la provocation n’a pas hésité à répondre à la proposition du cinéaste.

Lire la suite sur : https://blogterrain.hypotheses.org/9816