Alexandra de Mersan ” Retour en Arakan ou comment comprendre la lente exclusion des Rohingyas “

Zones de conflits au Myanmar depuis 1995 (carte datée de 2016). CentreLeftRight, Aoetearoa/Wikimedia

 

 

Le 25 août dernier, des membres d’une organisation armée dénommée l’Armée de libération des Rohingyas de l’Arakan (ARSA) ont mené une série d’attaques contre des postes de police dans l’État d’Arakan (ou Rakhine), à l’ouest de la Birmanie, afin de « défendre et de protéger la communauté musulmane d’Arakan ».

En octobre 2016, ce groupe avait déjà attaqué trois postes frontière dans la région. La réponse de l’armée birmane et les affrontements qui ont suivi ont provoqué en l’espace de deux semaines, un nouvel exode de musulmans dans le Bangladesh voisin. Quelques 300 000 réfugiés sont alors venus s’ajouter à d’autres dizaines de milliers, installés dans des camps, ou alentours, près de la frontière, tandis que les autres populations civiles d’Arakan non musulmanes, bouddhistes et hindoues surtout, se réfugiaient vers le sud de la région.

Lire la suite