Archives par mot-clé : Singapour

2017 Holland Prize Shortlist Pacific Affairs

2017 Holland Prize Shortlist Pacific Affairs

Professionals and Soldiers: Measuring Professionalism in the Thai Military by Punchada Sirivunnabood (Mahidol University, Nakhorn Phatom, Thailand), Jacob Isaac Ricks (Singapore Management University, Singapore), Pacific Affaires, vol. 89, n° 1, March 2016

Abstract

Thailand’s military has recently reclaimed its role as the central pillar of Thai politics. This raises an enduring question in civil-military relations: why do people with guns choose to obey those without guns? One of the most prominent theories in both academic and policy circles is Samuel Huntington’s argument that professional militaries do not become involved in politics. We engage this premise in the Thai context. Utilizing data from a new and unique survey of 569 Thai military officers as well as results from focus groups and interviews with military officers, we evaluate the attitudes of Thai servicemen and develop a test of Huntington’s hypothesis. We demonstrate that increasing levels of professionalism are generally poor predictors as to whether or not a Thai military officer prefers an apolitical military. Indeed, our research suggests that higher levels of professionalism as described by Huntington may run counter to civilian control of the military. These findings provide a number of contributions. First, the survey allows us to operationalize and measure professionalism at the individual level. Second, using these measures we are able to empirically test Huntington’s hypothesis that more professional soldiers should prefer to remain apolitical. Finally, we provide an uncommon glimpse at the opinions of Thai military officers regarding military interventions, adding to the relatively sparse body of literature on factors internal to the Thai military which push officers toward politics.

A lire sur : http://pacificaffairs.sites.olt.ubc.ca/files/2017/05/pdfHollandShortlistSirivunnabood_Ricks.pdf

Why Are Gender Reforms Adopted in Singapore? Party Pragmatism and Electoral Incentives by Netina Tan (McMaster University, Hamilton, Canada), Pacific Affairs, vol. 89, n° 1, March 2016

Abstract

In Singapore, the percentage of elected female politicians rose from 3.8 percent in 1984 to 22.5 percent after the 2015 general election. After years of exclusion, why were gender reforms adopted and how did they lead to more women in political office? Unlike South Korea and Taiwan, this paper shows that in Singapore party pragmatism rather than international diffusion of gender equality norms, feminist lobbying, or rival party pressures drove gender reforms. It is argued that the ruling People’s Action Party’s (PAP) strategic and electoral calculations to maintain hegemonic rule drove its policy u-turn to nominate an average of about 17.6 percent female candidates in the last three elections. Similar to the PAP’s bid to capture women voters in the 1959 elections, it had to alter its patriarchal, conservative image to appeal to the younger, progressive electorate in the 2000s. Additionally, Singapore’s electoral system that includes multi-member constituencies based on plurality party bloc vote rule also makes it easier to include women and diversify the party slate. But despite the strategic and electoral incentives, a gender gap remains. Drawing from a range of public opinion data, this paper explains why traditional gender stereotypes, biased social norms, and unequal family responsibilities may hold women back from full political participation.

A lire sur : http://pacificaffairs.sites.olt.ubc.ca/files/2017/05/pdfHollandshortlistTan.pdf

Singapour, héroïne de BD

Singapour, héroïne de BD par Patrick de Jacquelot, 11/05/2017, Asialyst

Un éblouissant ouvrage complètement hors normes, la biographie d’un auteur de BD imaginaire de Singapour, livre en toile de fond l’histoire de la cité-État.

Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée, scénario et dessins Sonny Liew, Urban Graphic, 320 p.

C’est un véritable tour de force que Charlie Chan Hock Chye, une vie dessinée*, cette monographie qui a tout d’une vraie – l’épaisseur, la variété des documents reproduits, planches de BD, esquisses, couvertures de magazines, toiles, et plusieurs centaines de notes de bas de page érudites – mais où tout est inventé. Comme de nombreux ouvrages consacrés à des artistes réels de BD, le livre mêle interviews de l’auteur – montrés ici en bande dessinée, évidemment – et documents de toutes sortes. Charlie Chan, censé être né en 1938, raconte sa vie. Sa passion pour la BD se manifeste dès l’enfance, comme en témoignent les pages de cahiers d’écolier reproduites, et débouche sur une première histoire réalisée à l’âge de seize ans, Ah Huat et le robot géant, dans un style très enfantin. Le style de l’auteur imaginaire évoluera beaucoup par la suite…

Par la suite, Charlie Chan varie ses registres : des histoires de science-fiction racontent les luttes pour le pouvoir à Singapour ; il imagine un super héros « local », étape de son travail illustrée par une profusion d’esquisses, de couvertures abîmées de fascicules anciens ou bien de coupures de journaux racontant des faits divers censés avoir inspiré ses histoires.

Les bandes dessinées ainsi « reproduites » reconstituent mine de rien toute l’histoire de la cité-État : guerre, décolonisation, fusion puis séparation de Singapour et de la Fédération de la Malaya, affrontement fondateur entre Lee Kuan Yew, qui deviendra le Premier ministre « père de la patrie », et son rival Lim Chin Siong, homme de gauche qui, ayant eu le dessous, s’exile à Londres. L’impact supposé des événements parfois tragiques sur l’auteur imaginaire est rendu avec beaucoup de subtilité. Au lendemain d’émeutes raciales ayant fait de nombreux morts en 1964, Charlie Chan « publie » une BD de sa série animalière composée de paysages où toute vie est totalement absente.

L’artiste se montre toute sa vie fort critique des autorités. Les attaques contre la politique du PAP, le parti de Lee Kuan Yew devenu omnipotent, sont multiples : Charlie Chan est présenté comme un rebelle pacifique, s’employant dans la solitude à dénoncer les dérives autoritaires du régime. Des planches incendiaires s’en prennent aux tentations eugéniques du gouvernement de Singapour, désireux de promouvoir la natalité des seules mères diplômées (planches « non publiées », est-il précisé en note !). Un pastiche de « Picsou » s’attaque aux pratiques de la place financière de Singapour.

Sonny Liew (le véritable auteur) ne retrace pas seulement l’histoire de la ville : il livre simultanément un portrait passionnant de l’évolution de la bande dessinée sur cette même période, à Singapour bien sûr mais aussi plus globalement. Les difficultés rencontrées par Charlie Chan pour se faire publier, dans ses premières années d’activité, soulignent l’ignorance totale de cette forme d’expression artistique qui prévalait à la fin des années 1950 et dans les années 1960. Le dessinateur et son comparse scénariste doivent démarcher des imprimeurs qui le plus souvent refusent de prendre le risque de telles publications et trouvent bien chère l’utilisation de la couleur. Toute sa vie supposée, l’artiste aura d’ailleurs les plus grandes difficultés à vivre de son œuvre : pendant tout un moment, il est décrit comme vivant grâce à un travail de veilleur de nuit qui lui laisse de nombreuses heures disponibles pour dessiner.

Totalement original, cet ouvrage constitue une étonnante mise en abyme. L’auteur – le vrai – va jusqu’à représenter côte à côte, dans des styles totalement différents, un incident survenu dans la vie de son héros et l’interprétation que ce dernier en donne en BD. La mise en abyme se retrouve aussi dans la reproduction de planches de BD autobiographiques à l’intérieur de la BD biographique… Et on la retrouve dans le monde « réel réel » : alors que tout au long de sa carrière, Charlie Chan le rebelle connaît de nombreux ennuis avec le gouvernement passablement autoritaire de Singapour, Sonny Liew n’est pas épargné dans la vraie vie. Lors de la publication de Charlie Chan Hock Chye, les pouvoirs publics de la cité-État ont retiré à son éditeur la subvention qui lui avait été déjà versée, considérant que l’œuvre s’attaquait à la légitimité et à l’autorité du gouvernement…

Lire l’intégralité du texte sur : https://asialyst.com/fr/2017/05/11/singapour-heroine-de-bd/

Recalling a forgotten kingdom in Venice Biennale

Recalling a forgotten kingdom in Venice Biennale by Helmi Yusof, 14/04/2017, The Business Times

Zai Kuning will be showcasing Dapunta Hyang: Transmission of Knowledge at the Singapore Pavilion of the 57th Venice Biennale from May 13 to Nov 26, 2017.

After18 years criss-crossing South-east Asia, Zai Kuning’s artistic journey is now going beyond the region to make a stop at the most important art event in the world: the Venice Biennale.

There, at the Singapore Pavilion in Arsenale, Zai is constructing a massive Phinisi ship out of rattan, string and beeswax. It will be 17 metres long – a metre perhaps for each year he’s spent exploring the history of Malays in South-east Asia – and it will be surrounded by 100 books that have been dipped in wax, never to be opened and read again, a metaphor for lost histories.

Since 1999, the artist has been obsessed with the meta-historical questions of: « Who am I? Where do I come from? Whom do I belong to? Whom do I answer to? » He’s less interested in issues of national identity and family genealogy than the broader field of the ethnogenesis and migration of Malays. The central figure in his research is Dapunta Hyang, the first ruler of the Srivijaya kingdom that dominated the Malay Archipelago from the 8th to the 12th century. As a Malay Buddhist, Dapunta Hyang also helped spread Buddhism throughout his kingdom.

At the Venice showcase, Zai will be putting up 30 photographic portraits of living mak yong performers on a facing wall running parallel to the ship. An audio recording of a mak yong master speaking in an ancient Malay dialect will also be played on loop.

Lire la suite sur : http://www.businesstimes.com.sg/lifestyle/arts/recalling-a-forgotten-kingdom-in-venice-biennale